Modèle statique ou macro-modèle

Le modèle statique consiste à représenter de manière simplifiée les déplacements sur un secteur défini et une période donnée. Ce modèle ne prend pas en compte les fluctuations et interactions de la demande de déplacements par rapport au temps et à la distance sur une période donnée car il s’appuie sur des hypothèses de fonctionnement des déplacements.

On parle de modèle statique car les flux sont modélisés de manière stable tout au long d’une période de temps (heures de pointes ou journée). On parle encore de modèle macroscopique car les véhicules ne sont pas représentés individuellement, mais comme un flux continu. Ce modèle est aussi appelé macro-modèle.

Ce modèle permet généralement d’évaluer sur une zone d’étude:

  • Les projets de modifications des infrastructures de transports (calculs de capacités des voies, carrefours…)
  • Les projets d’aménagements urbains
  • Les évolutions des systèmes de transports

Ces modèles statiques de représentation des trafics sont utilisés :

- Pour des réseaux maillés complexes (échelles de territoire variables). Dans ce cas, la modélisation est macroscopique.

- Pour des études de carrefours pour lesquels il n'y a pas de choix d'itinéraires possibles. Dans ce cas la modélisation est microscopique mais l'affectation est statique.

Un modèle statique peut être monomodal ou multimodal. De même, la méthodologie de modélisation peut être différente selon les données d’entrée et de sortie utilisées pour reproduire le modèle. Un modèle statique a pour objet de répartir la demande de déplacement sur le réseau en fonction du plus court chemin, au moyen d’un algorithme faisant intervenir la notion de coût de déplacement minimum. Le coût de trajet étant paramétré par le temps de parcours, le trajet parcouru et le  budget en cas de péage.

  • Le modèle à quatre étapes :

Il s’appuie sur des données socioéconomiques, sur les populations ainsi que sur la description du système de transport pour modéliser.

Etapes de Génération et de distribution des flux : les flux de déplacements entre des zones préalablement définies sur l'aire d'étude (appelés flux Origines-Destinations ou flux OD).

Etape du choix modal : Ce choix modal consiste à répartir chaque flux OD entre les différents modes desservant la liaison.

Etape d’affectation : L’affectation des  trafics permet de répartir les flux sur les réseaux de chacun des modes et d'obtenir les débits sur les infrastructures, la fréquentation des services de transports en commun (TC), les itinéraires retenus, …

  • Les modèles routiers interurbains :

Dans ce modèle on reconstitue dans un premier temps les flux Origines Destinations en estimant directement par des comptages et enquêtes (comptages automatiques, comptages directionnels et enquêtes Origines-Destinations) les flux routiers sur la zone d’étude, avant de les affecter sur le réseau modélisé.

Cette méthode est utilisée pour les modèles d'affectation des Transports en Commun sur les réseaux urbains. Dans ces cas, la demande de transport est une donnée d'entrée.

Le choix du modèle est fonction de la problématique. Les modèles statiques servent à tester des projets ou des politiques de transport sur une zone d'étude donnée.